Une histoire cochonne

Il était une fois un ptit couple qui aimait faire des expériences nouvelles…

Juste en débutant ainsi, je crois que j’aurais pu accrocher beaucoup de monde.

Bref, l’histoire que je vais vous raconter est peut-être un peu différente de ce à quoi vous auriez pu, ne serait-ce qu’un instant, imaginer. Aujourd’hui, nous sommes allés visiter Brutus, café bar. À part de vendre de l’alcool, Brutus a plutôt tendance à se spécialiser dans la vente de bacon, sous toutes ses formes. Je dois avouer que pour un individu comme moi, c’est quelque peu attirant.

IMG_2960

En arrivant sur place, vous ne pouvez le manquer. L’enseigne de Brutus est superposée entre deux colonnes de barbier! Oui, le genre de rouleau blanc et rouge – avec pas de bleu cette fois – qui tourne continuellement et qui est comme enveloppé dans un cylindre transparent. Pourquoi le truc de barbier? Je n’ai pas vraiment pensé le demander. À l’heure où nous sommes arrivés, il n’y avait pas grand monde, ça fait que je me suis dit : « Cool, on n’attendra pas! » C’était sans compter sur Gloria – on va imaginer que c’est son nom – ainsi que les façons de faire de la place. Alors, Gloria de nous accueillir avec un : «  Si vous voulez bien prendre place au bar, nous allons débuter par un bon Mimosa! » Je n’ai pas vraiment eu le temps de répondre que Chantal me disait discrètement : « Joues le jeu, mon homme, on n’est pas pressé. » À vrai dire, je ne sais pas vraiment ce qui s’en venait comme réplique et comme ça ne doit pas avoir une si grande importance…

Nous nous sommes donc installés au bar pour siroter le fameux Mimosa, en regardant le Capitaine America avec pas de son à la télé. En dessins animés, dois-je le préciser, parce que les dessins dataient probablement de l’après-guerre, la deuxième, il va s’en dire! C’est à ce moment que Chantal qui zieutait autre chose que la TV a aperçu sur le comptoir de verres, une pile de sucriers frais lavés. Des drôles de drinks des fois là-bas qu’on m’a dit. Et comme je prenais la dernière gorgée de mon Mimosa, Gloria s’est matérialisé et nous a dit, d’un ton plus ou moins solennel : « Quand vous serez prêts, votre table est juste ici. » En la pointant d’un index sur de lui.

Nous n’avons alors fait ni une ni deux, et nous avons changer de tabouret. En fait, juste moi parce que Chantal s’est retrouvée sur une banquette, probablement en cuir, peut-être du faux mais qu’importe! Je voyais toujours le Capitaine sévir dans la TV même si j’y faisais dos, et ce, grâce au magnifique miroir mur-à-mur dans lequel je pouvais aussi m’admirer.

IMG_2957

Chantal a commandé la Chumlette, avec bacon évidemment, tandis que j’optais pour Deuzeubakon, aussi avec full bacon! Tous les plats semblent être servis avec des patates – qui ont un nom qui m’échappe déjà malgré le fait qu’elles étaient exquises, des toasts de pain au bacon ainsi que d’autres trucs, dépendamment de ce que vous choisissez. Le ColBleu arrive directement d’une boite à lunch en métal comme celle que mon grand-père utilisait dans le temps. Gloria est revenue peu de temps après avec des coupes de fruits … dans le Porto pour nous faire patienter un peu. J’avoue que le Porto, ça aide à apprécier les fruits! J’en ai même oublié le Capitaine. Les tasses de Latte et les déjeuners ont suivi très rapidement. C’était délicieux!

Très original comme idée! Faudra se reprendre pour l’apéro du souper, apparemment que les drinks sont aussi particulièrement originaux.

Alain

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s